Accueil > L’environnement > L’environnement

L’environnement

Dernière mise à jour le 19 avril 2019

L’environnement est tout ce qui nous entoure. C’est l’ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine.

Dans cette rubrique, nous souhaitons aborder des sujets liés à l’environnement :

  • Informations pratiques chaque mois pour le jardin et à la maison
  • La plante du mois
  • Promotion du label "Village fleuri"
  • Environnement : conseils et animation
  • Natura 2000

0 - La démarche Zéro Phyto

1- UN ÉTAT D’ESPRIT ET UN ENGAGEMENT COLLECTIF

Le bien-être pour nous et nos enfants - halte aux pesticides
Nous sommes dans le zéro phyto : quel impact sur l’activité des employés municipaux, sur nos voies et espaces verts ?

Après la journée "portes ouvertes" des ateliers municipaux en mai, la mise en place de panneaux d’informations dans les massifs en juin, la municipalité continuera au dernier trimestre 2018 par un plan de communication (conférence, expositions, articles) afin d’expliquer l’arrêt de l’utilisation des pesticides, les modifications dans le travail des services municipaux mais également en présentant en quoi consiste une gestion dite différenciée des espaces publics et les moyens mis en oeuvre pour la réaliser.
Au delà de la législation qui encadre maintenant des pratiques plus vertueuses respectant l’environnement et la biodiversité, l’enjeu collectif est bien l’implication de chacun d’entre nous, habitants de TAISSY, pour transformer en réussite cette nouvelle donne.

Il s’agira tout d’abord que chacun comprenne bien l’impact et les conséquences de ces nouvelles pratiques sur notre cadre de vie puis, dans un second temps, de s’approprier individuellement nos espaces publics et privés pour contribuer à leur entretien et embellissement. Le service espaces verts, déjà très sensibilisé, a bien entendu une place prépondérante dans cette action d’envergure.
Les trottoirs et les espaces verts d’accompagnement de voiries sont entretenus par le service espaces verts. Depuis le mois d’avril, 200 heures ont été consacrées au désherbage des trottoirs. Nous nous efforçons de répondre en priorité aux "urgences".

Le bien être pour nous et nos enfants mais on entend :

- "Nos trottoirs sont sales. Pas normal que personne ne passe"
Réponse de la municipalité : les trottoirs ne sont pas sales, ils sont juste parfois enherbés, par ailleurs ce début d’année a été très arrosé. Nous essayons de mettre en place des méthodes alternatives pour remplacer les désherbants chimiques (ex : achat d’un petit brûleur thermique). Nous prenons contact avec d’autres municipalités pour éviter des achats chers et peu efficaces (le matériel de traitement zéro phyto étant à des prix très élevés depuis la loi).

- "les herbes sont trop hautes, on ne peut pas se balader. Certaines zones s’inscrivent dans une volonté de gestion plus respectueuse de l’environnement pour permettre la biodiversité du site ;

- "il y a des hautes herbes devant ma fenêtre, pas à nous de s’en occuper". Déjà beaucoup d’administrés désherbent devant chez eux et montrent ainsi l’exemple. Merci à eux. Il appartient à chacun de rentrer dans cette démarche collective en participant à l’entretien de son environnement immédiat.

- "il y a de l’herbe autour des tombes et parfois même dans les allées. C’est bien moins propre qu’avant"
réponse : il est temps de changer notre regard sur le mot "propre" en espaces verts. Un sol gorgé de produits chimiques, aride et lunaire, est-il vraiment plus propre qu’un sol naturel où le végétal reprend vie et où fleurissent des herbes spontanées ? En Ecosse, pays précurseur dans le domaine du respect de l’environnement, les cimetières sont enherbés et arborés, devenant des lieux de méditation et de respiration.

- si les gens ne désherbent plus autant qu’avant, que font-ils de tout ce temps gagné ?
réponse : grâce à des éléments puisés dans le livre fraîchement arrivé en Mairie, une étude gouvernementale de 2014, intitulée CompamedZNA, a permis de comparer les temps nécessaires sur une année complète à l’entretien d’une même parcelle, entre une méthode chimique et la méthode manuelle à la binette.

Pour obtenir le même résultat, le temps passé à l’outil est 22 fois supérieur à la méthode chimique. Voilà pourquoi le temps gagné par les méthodes alternatives est redéployé sur l’entretien approfondi et donc beaucoup plus long des zones sensibles.

1 - Informations pratiques chaque mois pour le jardin et la maison


Informations d’avril à juin

a) AVRIL AU JARDIN

« Bourgeon qui pousse en avril met un peu de vin au baril »

Véritable départ du printemps au jardin, avril est un mois au 2 visages : il associe souvent journées ensoleillées et pluies frigorifiantes. Conservez la prudence et maintenez vos cultures avec quelques protections. Mais dès que possible, semez et plantez à tout va…

Au potager : Arrachez régulièrement les mauvaises herbes qui apparaissent dans les cultures
Semez la plupart des légumes en pleine terre, en place ou en pépinière
Démarriez les plants semés en ligne et trop serrés
Repiquez les plants issus des semis du mois précédent

Fruits : Attachez les jeunes arbres sur leurs tuteurs avec des colliers capitonnés de mousse
Repiquez en pleine terre légère les boutures de groseilliers désormais reprises
Débarrassez les arbres à noyaux des écoulements de gomme qui les épuisent

Au jardin d’ornement :
Divisez les grosses touffes de primevères
Repiquez en terrine ou en godets les jeunes plants issus de semis du mois précédent
Continuez les semis de plantes annuelles avec les espèces à croissance rapide (immortelles, alysse, centaurée, eschscholtzia, lavatère, lin, muflier, nigelle…)
Préparez le sol des massifs saisonniers mais attendez le mois prochain pour planter
Plantez les lis et l’ensemble des bulbes à floraison estivale, ainsi que dahlia et canna
Plantez uniquement des rosiers proposés en conteneurs, en apportant un engrais complet

Arbres et arbustes :
Continuez les plantations avec les espèces à feuillage persistant et les plantes de terre de bruyère
Taillez les forsythias, groseilliers à fleurs, spirées…sitôt la floraison terminée ; aérez la touffe en éliminant le vieux bois
Taillez les haies régulières et les plantes formées en topiaire (buis…)
Fertilisez les résineux avec un engrais spécial enfoui par un griffage suivi d’un arrosage

Plantes de la maison :
Arrosez régulièrement 1 à 2 fois par semaine selon les plantes
Reprenez les apports d’engrais mais pas plus de 2 fois par mois
Terminez très vite les rempotages car la végétation est repartie
Protégez les plantes des rayons solaires violents mais un éclairage direct est encore bien supporté le matin

Travaux divers :
Désherbez le gazon avec un herbicide sélectif, dès que la température extérieure atteint 15°C. Appliquez le produit avec un pulvérisateur muni d’un cache autour de la lance
Nivelez la pelouse ; roulez et aérez les pelouses en place
Ensemencez les nouvelles pelouses
Rectifiez soigneusement les bordures à la bêche ou au coupe bordure
Renouvelez les revêtements des jardinières : peinture sur fibro-ciment ; lasure sur bois
Disposez sur le sol des massifs, entre les plantations, un revêtement d’écorces pour conserver l’humidité et gêner le développement des mauvaises herbes
Appliquez un désherbant total sur les allées gravillonnées ; brossez les dallages pour éliminer les mousses qui les rendent glissants

a) MAI AU JARDIN

« Lorsque que mai sera chaud, septembre rira haut »

Voici le mois de mai où les fleurs volent au vent, dit la chanson. L’éclatement printanier se manifeste surtout au jardin. Tout pousse, les arbres s’habillent de vert. Marqué de nombreux jours fériés, c’est l’occasion de tout mettre en ordre dans le jardin et de le préparer à l’été.

Au potager : Repiquez tous les plants obtenus après les semis du mois dernier
Semez en pleine terre pratiquement tous les légumes
Arrosez généreusement toutes les cultures

Fruits : Arrosez les arbres fruitiers si le temps est trop sec
Ebourgeonnez la vigne et les arbres trop feuillus
Eclaircissez les fruits après la chute physiologique

Au jardin d’ornement :
Dès les 10-15 mai, plantez les annuelles d’été dans les massifs ; binez entre les plantes pour bien décroûter la terre
Plantez les griffes de muguet défleuries dans une bonne terre humifère de préférence à l’ombre
Continuez la mise en place échelonnée des bulbes à floraison estivale
Semez directement en place les annuelles à croissance rapide (souci, ficoïde, lin, gypsophile, nigelles, clarkia, pied d’alouette…)
Eboutonnez les pivoines et les rosiers pour obtenir des fleurs plus grosses
Eliminez les gourmands qui se forment au pied des rosiers
Palissez les grandes branches de rosiers grimpants

Balcons et terrasses :
Plantez toutes les fleurs d’été dans les jardinières. Dans celles qui seront bien ensoleillées, plantez quelques bulbes d’été (crocosmia, freesia, tigrida) pour un décor original
Arrosez régulièrement, éventuellement avec un système de goutte à goutte
Composez des jardinières potagères avec tomates-cerises, radis… et plantes condimentaires
Vérifiez la solidité de l’accrochage des jardinières (ne pas conserver plus de 2 ans les mêmes supports en fil de fer)
Composez des décors harmonieux en limitant le nombre de couleurs à 2 ou 3 maximum et en intégrant une note blanche dans chaque jardinière

Arbres et arbustes :
Vérifiez les bonnes attaches des plantes grimpantes et des nouvelles plantations
Eliminez les rejets des lilas, prunelliers, framboisiers…
Taillez les haies quand les jeunes pousses ont le diamètre d’un crayon
Taillez les arbustes de printemps défleuris. Taillez les lilas en réduisant de moitié les rameaux qui ont porté des fleurs. Eliminez les fleurs flétries des rhododendrons, pour éviter leur épuisement et favoriser la floraison de l’an prochain
Supprimez les branches vertes sur les arbustes panachés

Plantes de la maison :
Fertilisez les plantes d’intérieur
Pincez ou taillez les plantes trop envahissantes, en coupant toujours au dessus d’une feuille
Nettoyez les feuilles une fois par mois pour les débarrasser de la poussière qui les recouvre
Filtrez la lumière solaire, maintenant très forte, pour éviter les brûlures du feuillage ; mais par contre rapprochez les cactus des fenêtres
Dans la dernière semaine du mois, sortez les plantes semi-rustiques (ex : citronniers…)

Travaux divers :
Bouturez les hortensias et les plantes de la maison
a) JUIN AU JARDIN

« A la Saint Jean, les groseilles vont rougissant »

Juin est sans doute le mois le plus agréable de l’année. C’est le temps des longues journées, des chaleurs agréables, des floraisons généreuses, des premières récoltes. Le jardin est à son apogée et vous allez commencer à en profiter au mieux. L’essentiel des tâches est axé sur l’entretien.

Au potager : Semez persil, cerfeuil, ciboulette pour en profiter en automne et en hiver
Arrosez régulièrement les cultures par temps sec
Binez et griffez le sol pour décroûter la terre. Buttez les pommes de terre
Semez en pleine terre les légumes de l’automne : chicorées, betterave, envide, épinard…

Fruits : Posez des filets sur les petits fruits pour protéger la récolte des oiseaux
Eclaircissez les fruits en surnombre sur les poiriers, pommiers, pêchers, abricotiers… Ensachez les gros fruits pour une production de haute qualité
Etayez les branches des arbres trop lourdement chargés de fruits
Détruisez les fruits véreux qui tombent prématurément

Au jardin d’ornement :
Eliminez les mauvaises herbes dans les massifs
Semez les premières fleurs bisannuelles à la fin du mois
Dégagez légèrement les pieds des pivoines qui n’aiment pas être trop enterrées
Divisez les grosses touffes de vivaces ayant terminé leur floraison
Rabattez à moitié de leur longueur les branches florifères fanées des rosiers non remontants. Coupez les fleurs fanées des rosiers buissons en taillant à 3 feuilles sous la rose pour favoriser leur remontée. Eliminez les gourmands. Arrosez souvent les rosiers mais sans mouiller le feuillage, cela favorise les maladies
Apportez un engrais « type fraisier ou tomate » aux dahlias pour stimuler leur floraison
Plantez les cyclamens, crocus d’automne, colchiques…

Balcons et terrasses :
Plantez les annuelles, géraniums… partout sur le balcon. Arrosez au moins 2 fois par semaine
Fertilisez avec des bâtonnets, c’est un gain de temps avec une durée d’action de 6 à 8 semaines
Plantez des rosiers miniatures pour changer un peu le décor habituel
Pincez les géraniums lierre pour augmenter leur floraison
Supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure
Habillez les balustrades avec des annuelles grimpantes

Arbres et arbustes :
Taillez les arbustes printaniers défleuris en cherchant à aérer le centre de la plante
Arrachez les semis naturels d’érable, de sureau, de frêne, de tilleul souvent envahissants
Plantez des vivaces couvre-sol dans les massifs pour cacher la terre et éviter les mauvaises herbes
Taillez les topiaires environ 1 fois par mois
Raccourcissez les rameaux de la glycine en supprimant les 2/3 de la longueur des pousses latérales
Fixez avec un lien les pousses folles des plantes grimpantes (ex : clématites)
Ramassez les aiguilles tombées au pied d’un conifère, elles acidifient trop le sol

Plantes de la maison :
Sortez au jardin, dans un endroit abrité, les plantes vertes les moins frileuses
Protégez les plantes d’une attaque des araignées rouges, cochenilles et pucerons par une pulvérisation préventive mensuelle
Pincez les plantes qui se dégarnissent de la base
Entrouvrez la fenêtre à proximité des plantes pendant la nuit

Travaux divers :
En juin tout est possible sur le plan des maçonneries et constructions importantes…

2 - Plante du mois

La plante du mois de mai :

La campanule muralis = synonyme campanula portenschliagiana - (famille des Campanulacées)

Plante vivace originaire de Serbie, Croatie…, c’est une incontournable du jardin.
Très robuste, persistante, tapissante, elle pousse partout dans presque tous les sols (même calcaire) et à toutes les expositions.
Rustique jusqu’à -15°C, elle ne dépasse pas 25 cm de haut. Elle peut être plantée à l’horizontale en bordure d’un massif ou dans une rocaille, et même à la verticale sur un muret.
Sa floraison généreuse commence dès le mois de mai, mais atteint son maximum de juin à septembre. Ses petites fleurs en clochettes sont d’un beau violet pourpre intense et vont jusqu’à camoufler le feuillage au maximum de la floraison.

Très peu de terre lui suffit pour former un beau coussin. Elle peut donc s’installer dans les fissures d’un muret de pierres sèches où elle sera d’un bel effet décoratif constituant un véritable « mur de fleurs » durant tout l’été.

** Elle peut être multipliée par division de la touffe, mais surtout par le bouturage qui est très facile en prélevant un fragment de tige replantée dans un mélange de terre ordinaire.
En bordure d’un massif, elle peut être accompagnée de saxifrages, de petits géraniums vivaces…
** Les autres espèces de campanules (genre Campanula) : très nombreuses elles peuvent être basses et compactes, ou atteindre 2 mètres de hauteur. Leurs fleurs sont souvent bleues ou violettes, parfois pourpre, roses ou blanches, en forme de clochettes ou étoilées, pendantes ou dressées. Selon les espèces, elles sont annuelles, bisannuelles ou vivaces. Citons la campanule à feuilles de pêcher vivace, rustique de 60 cm de haut ; la campanule medium bisannuelle à grosses clochettes (1ère année, rosette de feuilles ; 2ème année, floraison dans une gamme de bleu, violet, rose, blanc…)
Malgré leur grande variabilité, elles ont en commun leur facilité de culture et d’entretien. S’il y a bien une plante qui donne une abondance de fleurs sans grande complication, c’est la campanule !

3 - La fin des produits phytosanitaires

PNG - 83.7 ko
Attention Danger d’utilisation

L’art de la loi transition énergétique croissance verte encadre l’usage des produits phytosanitaires.

Pour une collectivité comme TAISSY, depuis le 1 er janvier 2017 il est interdit d’utiliser ou de faire utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des voiries, des espaces verts, des promenades et des forêts .

Il restera quelques exceptions :

Il sera possible de les utiliser dans les zones étroites et difficiles d’accès (terre-pleins centraux, bretelles et échangeurs) lorsque la sécurité des agents ou utilisateurs est en danger. De même les produits autorisés dans les cimetières végétalisés et terrains de sport végétalisés.

Pour les particuliers les produits phytosanitaires ne seront plus en libre-service à compter du 1er janvier 2017 et à partir du 1er janvier 2019 Interdiction de la délivrance, de l’utilisation et de la détention des produits pour un usage non professionnel.

Avec la fin des produits phytosanitaires, les systèmes alternatifs étant très onéreux pour notre village et dans l’attente, les services techniques devront choisir les lieux où ils désherberont en priorité. Pour que TAISSY continue d’être ce lieu agréable où il fait bon vivre.

Nous devrons tous participer à l’entretien par exemple des trottoirs mais aussi à l’embellissement du village.

4 - Promotion du label "Village fleuri"

Avec 469 communes labellisées « villes et villages fleuris » Champagne Ardenne est la 1ère région fleurie de France. Pour notre département, la Marne, 179 communes sont labellisées dont Taissy avec 2 fleurs.

Ce label « ville ou village fleuri » est aussi un indicateur de la qualité de vie et valorise également l’attractivité des communes labellisées. Notre commune poursuivra ses efforts en ce sens.

Pour les amoureux des jardins fleuris de notre département, une notice des manifestations est à votre disposition en mairie : Fêtes de fleurs, fête des jardins, fête de la rose, expositions…

Pour concourir, divers facteurs entrent en jeu entre autre :

L’originalité et la recherche dans l’élaboration de nos massifs.
Le gestion des ressources naturelles
L’entretien des massifs le plus écologique possible.
Le gestion raisonnée des produits chimiqueset les techniques alternatives
Les actions et animations menées par la commission environnement et les services techniques auprès des habitants

La commission a mis en place depuis 2012, la vente de terreaux pour les habitants .

Les services techniques organise des rencontres avec les écoles élémentaires et maternelles et le Conseil Municipal enfants. A été créé pour les enfants un jardin potager et un jardin des senteurs(devant l’école) . Avec l’école maternelle un jardin des sens est né en 2019
:Les services préparent et mettent en place également des décors rappelant le thème de la fête patronale dans certains massifs, cette année le thème de la fête :"le moyen age".

Des ruches sont sur le toit d’un bâtiment communal et au Fort de Montbré (propriété de la commune).

Chaque habitant peut également contribuer en fleurissant sa maison. Nous comptons sur vous.

JPEG - 78.1 ko
PLACE MAILLARD

5 - Environnement : conseils

JPEG - 123 ko
Un nouveau massif sur Taissy

1) Comment réduire la consommation d’eau pour votre jardin ?

JPEG - 29.6 ko
l’eau à préserver

un arrosage le soir ou le matin cela permet de diminuer l’évaporation
ou installer un goutte à goutte pour l’arrosage
la récupération de l’eau de pluie est également un bon moyen
il est possible d’espacer les arrosages cela rend les arbustres plus sobres
informer vous sur la météo, si la pluie est annoncée pour demain éviter l’arrosage
le paillage contre l’évaporation en recouvrant la terre

2) Contre les pucerons : le savon de Marseille

Voici un traitement 100% biodégradable contre les pucerons, qui envahissent parfois de façon massive des arbres comme le cerisier, ou des arbustes comme les rosiers.

Savon noir :
C’est un produit traditionnel fabriqué à partir d’acides gras naturels (huile de lin) et de la potasse (ou hydroxyde de potassium, KOH). Cela lui confère une consistance liquide caractéristique. De couleur brune, il est entièrement biodégradable, non polluant et mousse très peu. C’est certes un détergent, mais également un très bon insecticide !
S’il peut sembler cher au kg, il est très concentré, et de petites quantités suffisent. On le trouve en grandes surfaces, dans les magasins de bricolage et les jardineries.

Préparation
A utiliser dilué dans de l’eau ( 5 à 10%) puis à pulvériser sur vos plantes pour lutter contre les pucerons, cochenilles, araignées rouges…
Cette solution nettoie également les traces de miellat sur les feuilles des plantes.
Pour nettoyer la fumagine : mettre 5 cuillerées de savon et 5 cuillerées d’alcool à bruler pour un litre d’eau.

Savon de Marseille :
Il est beaucoup plus commun, il est fabriqué avec de la soude (NaOH) et non de la potasse, ce qui lui donne sa dureté.
On peut également l’utiliser pour lutter contre les insectes.

Préparation
1. Râpez 150gr de savon en copeaux fins.
2. Faites-les bouillir dans 1L d’eau jusqu’à dissolution.
3. Ajoutez une grosse cuillère d’huile de table et mélangez bien.
4. Conservez ce produit dans une bouteille

Utilisation
Lorsque le besoin s’en fait sentir (invasion massive de pucerons), mélangez un peu de produit dans 10 fois son volume d’eau et pulvérisez-le sur les parties atteintes.
L’effet est radical : le savon asphyxie les insectes en bouchant les pores respiratoires.

3) Semer une pelouse

La pelouse est une culture comme une autre et non pas simplement de l’herbe qui pousse toute seule. Les graminées utilisées pour les gazons sont des plantes sélectionnées pour leur finesse. Seule une préparation soignée peut vous permettre de réussir un beau gazon.

Commencez par débarrasser la parcelle de toutes les mauvaises herbes. Si vous utiliser un produit de traitement, il faudra attendre 5 à 6 semaines pour entreprendre la culture.

Commencez par un bon labour avec apport d’amendement organique (du type or brun). Emiettez le sol au maximum. Griffez pour éliminer les pierres et les dernières racines de mauvaises herbes. Utilisez un croc à fumier à 4 dents que vous passerez dans le sens de la longueur, puis de la largeur, pour ne pas oublier la moindre parcelle.

Tassez ensuite avec le rouleau ou en foulant le terre au pied, pour obtenir une certaine stabilisation du sol. Terminez le nivellement par un ratissage léger.

Brassez les graines de gazon dans un seau ; mélangez-les avec du sable.
Jetez la semence à la volée à raison de 30 à 40 g/m2.
Enfouissez avec un ratissage croisé et terminez par un arrosage

6 - Natura 2000

Taissy possède une zone NATURA 2000 (le long de la Vesle), mais connaissez vous NATURA 2000 ?

Natura 2000 est né en 1992 d’une volonté européenne de réaliser un ambitieux réseau de sites écologiques et ainsi de maintenir et sauvegarder la diversité biologique, qui fait la richesse de notre continent européen, tout en tenant compte des activités sociales, économiques, culturelles et régionales présentes sur les sites désignés.

La France, de par la diversité de ses paysages et la richesse de la faune er de la flore qu’ils abritent, joue, bien sur, un rôle important dans la construction de ce réseau européen (25 000 sites) préservant habitats naturels et espèces. Avec plus de 1700 sites, notre réseau national de Natura 2000 couvre 12,4% de la superficie de la France.

Autour de Reims sont répertoriés sites NATURA 2000 :

Marais et pelouse du tertiaire au nord de Reims 379ha
Pelouse de la barbarie à Savigny sur Ardre 69ha
Massif forestier de la montagne de Reims (versant sud) et étangs associés 1733ha
Savarts des camps militaires de Moronvilliers 1511ha, Mourmelon 408ha et Suippes 7967ha
à Taissy nous sommes sur le site , « les marais de la Vesle en amont de Reims » site d’interet communautaire de 466 ha allant de Taissy, St Léonard jusqu’à Sept Saulx en passant par Sillery, Val de Vesle et Beaumont.

Les marais de la Vesle au début du siècle, couvraient plus de 2000 hectares. Depuis, de nombreux secteurs ont été drainés puis mis en culture, ou convertis en peupleraies. Certains secteurs ont aussi été exploités pour la tourbe.

JPEG - 212.7 ko
Marais de la vesle

On note la présence de nombreuses espèces végétales et animales protégées, plus de cent espèces d’oiseaux, neuf espèces d’amphibiens, trois espèces de reptiles, trente espèces de mammifères (dont sept protégées).
Exemple d’espèces protégées dans notre secteur :

Amphibien : le triton crêté

JPEG - 38.9 ko
triton crêté

Poissons : chabot et lamproie de planer

JPEG - 114.6 ko
Le chabot

Mais aussi les marais "les trous de LEU"


Le site des Trous de Leu est situé à quelques kilomètres en amont de Reims au bord de la Vesle et à l’ouest de Taissy et de Saint-Léonard. On y trouve des milieux alluviaux (boisements, prairies) et de zones humides (mégaphorbiaie, roselières) autour d’une tourbière basse alcaline qui figure parmi les plus importantes du département et regroupe les milieux les mieux conservés de la vallée ?
Parmi les 100 espèces recensées sur le site, on note une espèce protégée au niveau national, la grande douve et des espèces protégées ou rares au niveau régional : la laîche paradoxale, la laîche filiforme, le laiteron des marais, le rubanier nain, le potamot coloré et le saule rampant. Par ailleurs quatre autres espèces sont d’intérêt patrimonial : l’oenanthe de Lachenal, l’orchis incarnat, le cassis sauvage et l’utriculaire commune. L’avifaune doit faire l’objet d’inventaires plus précis mais compte le martin-pêcheur, la bécassine sourde et la pie-grièche écorcheur. Près de 60 espèces d’odonates fréquentent le site dont la grande aeschne et la cordulie métallique. La Vesle abrite le brochet, le gardon, la vandoise, le goujon et l’ablette. Pour les amphibiens et reptiles, notons la présence de la grenouille agile et du triton alpestre. Enfin trente espèces de mammifères ont été recensées dont cinq espèces de chauves-souris.
TYPE
Réserve naturelle régionale (RNR)